Actualités

Construire l'école de demain

 

Signature le 21 mars 2017 à la préfecture de l’Ariège, par la préfète de l’Ariège, la rectrice de l'académie de Toulouse, le président du conseil départemental, l'inspecteur d'académie et le président de l'association des maires de l'avenant au protocole Pour un schéma territorial d’évolution de l’organisation scolaire dans le premier degré.

La loi du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République traduit les engagements du gouvernement pour la construction de l'Ecole de demain, une école juste pour tous et exigeante pour chacun.

C’est dans ce cadre qu’en mai 2015 a été signé à la préfecture de l’Ariège, par la préfète de l’Ariège, la rectrice de l'académie de Toulouse, le président du conseil départemental, l'inspecteur d'académie et le président de l'association des maires un protocole Pour un schéma territorial pluriannuel d’évolution de l’organisation scolaire dans le premier degré 2015-2017. Sa durée de trois ans a couvert les rentrées scolaires 2015, 2016 et 2017.

Un avenant à ce protocole a été élaboré pour pérenniser cette démarche de contractualisation, actualiser l'analyse et les données, dresser un bilan des trois années écoulées et acter des principes pour poursuivre la réflexion collective et le travail de co-construction, destiné à maintenir un réseau scolaire de qualité et de proximité au bénéfice de tous les élèves du département.

Ce nouveau document a été officiellement signé le 21 mars 2017 à la préfecture de l’Ariège, par l’ensemble des partenaires.

Maintenir une école de proximité et de qualité dans les zones les plus fragiles

La vocation du protocole est de mettre à disposition des territoires fragilisés par une démographie scolaire en baisse, une méthodologie et des outils souples et modulables destinés à maintenir, à partir d’un diagnostic partagé, une école de qualité et de proximité.

En 2014, les effectifs du 1er degré étaient, dans l'enseignement public en Ariège, de 12 167 élèves. En septembre 2017, 11 692 élèves ont été accueillis dans les écoles d’Ariège, un chiffre en légère baisse par rapport aux prévisions du ministère de l’Education nationale qui étaient de 11 897 élèves pour cette rentrée scolaire 2017. Les baisses d’effectifs dans le département concernent essentiellement deux secteurs géographiques: le Réseau d’Education Prioritaire de Lavelanet (la moitié de la baisse d’effectifs du département à la rentrée 2016) et le Couserans (environ 30 élèves de moins). Les effectifs dans les écoles publiques du département devraient se solder, sur la période 2014/2019, par une baisse de 700 élèves.

Eléments de bilan du protocole 2015/2017

Des réorganisations

- Création d’une 2ème classe à Brassac,

- Fusion des écoles de Fougax et Barrineuf /Bélesta,

- Suppression de deux classes à Lavelanet,

- Création du nouveau groupe scolaire de Mongailhard inauguré en septembre 2015,

- Création d’un groupe scolaire unique à Auzat issu de la fusion avec l’école de Vicdessos,

- Fermeture de l’école de Boussenac à la rentrée 2017 et transfert des moyens à l’école de Massat qui est l’objet d’une extension.

Le soutien des zones les plus fragiles

Les zones de politique de la ville et d’ éducation prioritaire ont été renforcées de 5 emplois avec 3 créations de poste et 2 dispositifs qualitatifs à Pamiers. Les moyens d’enseignement ont été maintenus sur l’ancien réseau de réussite scolaire des écoles du secteur de Tarascon.

Dans l'éducation prioritaire (réseau de Lavelanet 700 élèves et 8 écoles), les moyens d'enseignement ont été préservés. La moyenne par classe est inférieure à 20.

Dans plusieurs secteurs de haute-montagne, Rouze/Quérigut et l’Hospitalet-Mérens, 4 postes d’enseignants ont été maintenus avec un nombre d’élèves limité.

La scolarisation des enfants de moins de trois ans a progressé (+50% en deux ans). Elle démarre toujours à hauteur de 10% en début d’année scolaire pour s’achever autour de 16% en juin (puisqu’il s’agit d’une scolarisation progressive en cours d’année). Dans l'Education Prioritaire (secteur de Lavelanet), elle est de 19%.

Un travail de proximité avec les élus

Le comité de suivi du protocole a procédé à l’analyse et au suivi de 21 situations, dans une démarche de proximité avec les élus. Les axes de travail ont tendu vers la recherche d’une meilleure scolarisation en classe maternelle, une collaboration renforcée des équipes d’enseignants, la mutualisation des compétences professionnelles notamment en langue .

La nouvelle organisation des communautés de communes va permettre de moderniser les structures d’accueil et d’élargir l’offre d’activités périscolaires. 42 projets éducatifs territoriaux sont signé depuis l’été 2015.

Poursuivre la démarche

Les signataires décident en signant l’avenant au protocole de 2015 de poursuivre le travail engagé pour une durée de trois ans au terme duquel un nouveau bilan sera réalisé.

Les projets, conçus en concertation avec les partenaires naturels de la communauté éducative, viseront à poursuivre les objectifs mis en œuvre depuis la signature du protocole de 2015

- Améliorer l’accueil et la scolarisation en maternelle (et la préscolarisation des enfants de moins de trois ans dans les zones les plus fragiles), faire en sorte que le potentiel de réaménagement du réseau puisse aboutir à la mise en place de vraies structures maternelles en milieu rural (classes ou écoles),

- Reconfigurer les parcours des élèves en réduisant notamment le nombre de niveaux au sein des classes (diminuer les classes à cours multiples),

- Favoriser la liaison entre la fin de l’école primaire et le collège de proximité (cycle 3 appelés respectivement cours moyen première année, cours moyen deuxième année et classe de sixième,

- Permettre aux professeurs des écoles, sur un secteur géographique de mettre en commun leurs compétences professionnelles et de mieux les optimiser collectivement au bénéfice des élèves (parcours en langues vivantes par exemple),

- Répondre à l’isolement professionnel et accompagner les directeurs d’école concernés (information, formation),

- Accompagner l'approche intercommunale en lien avec l'évolution des intercommunalités issues de la loi NOTRe