Actualités

Moustique tigre

 
 
Moustique tigre

Le moustique tigre, ou Aedes albopictus, est une espèce invasive de moustique particulièrement nuisible installée en France depuis 2004

Il  est à ce jour implanté dans 33 départements. Dans certains cas, il peut être vecteur de maladies comme la dengue et le chikungunya. Les autorités sanitaires suivent donc avec attention l’extension de son implantation.

carte_albo_niv_fin_2016

Le moustique tigre est très facile à identifier

grâce à ses rayures noires et blanches présentes sur le corps et sur les pattes qui lui donnent un aspect très contrasté, il est de petite taille (plus petit qu’une pièce d’un centime d’euro) et ne dépasse pas pas 1 cm d’envergure.

moustique_tigre_piece_1_centime1_tb
albo_face_palpes_thorax_probocis_tb

Son cycle de vie

La vie d’un moustique se déroule sous quatre formes distinctes : l’œuf, la larve, la nymphe et l’adulte. L’œuf du moustique tigre doit être mis en eau pour éclore et donner naissance à une larve. La larve se nourrit en filtrant la matière organique et passe par quatre stades larvaires, séparés à chaque fois par une mue. La larve se change ensuite en nymphe, stade au cours duquel se produit la métamorphose, et pendant lequel le moustique ne s’alimente pas. Une fois la métamorphose accomplie, l’enveloppe de la nymphe s’ouvre pour laisser émerger l’adulte, mâle ou femelle. D’une phase aquatique, le moustique passe alors à une phase aérienne.

Peu de temps après l’émergence, mâles et femelles vont s’accoupler. Les femelles ne s’accouplent généralement qu’une seule fois dans leur vie et conservent le sperme dans des organes spécifiques, les spermathèques. Une fois fécondée, la femelle va partir en quête d’un hôte (homme, mammifère, oiseau…) à piquer. Le sang prélevé permet de fournir à la femelle les protéines nécessaires au développement de ses œufs. Après trois ou quatre jours, les œufs arrivent à maturation. La femelle recherche alors un gîte larvaire pour pondre ses œufs. Ce cycle piqûre-ponte (appelé cycle gonotrophique) se répète jusqu’à la mort de l’insecte.

Ainsi, seules les femelles piquent. Les mâles, eux, se nourrissent uniquement de jus sucré, de nectar.

Comment s'en protéger ?

 Les bons gestes pour éviter la prolifération :

Le moustique tigre  est adapté à l'environnement humain et se développe préférentiellement dans des environnements péri-urbains, ainsi que dans des zones urbaines très denses. Il colonise toutes sortes de récipients et réservoirs artificiels ainsi que d’éléments du bâti disponibles en milieu urbain (vases, pots, fûts, bidons, bondes, rigoles, avaloirs pluviaux, gouttières, terrasses sur plots…).

Pour éviter sa prolifération

  • Vider régulièrement les coupelles sous les pots de fleurs, vases -les  (au moins une fois par semaine) ou le supprimer
  • Vider puis retourner, ou mettre à l’abri de la pluie seaux, matériel de jardin, récipients divers
  • Recouvrir le bidons de récupération d’eau l’aide d’un filet moustiquaire ou de tissu, en s' assurant que les moustiques ne pourront pas accéder à l’eau.
  • Introduire des poissons dans les  bassin d’agrément qui mangeront les larves.

Plus d'infos sur http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Depliant_moustique_2012.pdf

Signaler le moustique tigre

Dans le cadre du plan de lutte contre la dissémination du Chikungunya, de la Dengue et du Zika, l’Agence Régionale de Santé a en charge la communication préventive sur la transmission de ces maladies vectorielles, dont le moustique tigre est le principal vecteur potentiel. Notre région est particulièrement concernée avec 10 départements où ce moustique est considéré comme implanté et actif. 

L’objectif du dispositif mis en place par le Ministère chargé de la santé depuis 2006, est de prévenir l’apparition de cas autochtones de chikungunya, de dengue ou de zika et, d’empêcher la transmission de la maladie au sein de la population. Cela passe dans un premier temps par le repérage de la présence du vecteur de ces maladies : le moustique tigre (Aedes albopictus)

Ce moustique n’est pas encore implanté en Ariège. Cependant afin de permettre la détection précoce de nouvelles implantations et la mise en place d’action de contrôle pour éviter une installation définitive, il est important de  sensibiliser le grand public au signalement d’une présence de moustiques tigre via

http://www.signalement-moustique.fr/

 et également l'application e-moustique disponible sur Smartphone.

> Présentationcampagne partenaires version mail - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,82 Mb