Actualités

Prévention et lutte contre la pauvreté

 
 
Prévention et lutte contre la pauvreté

Signature le 26 juin 2019 par le secrétaire général de la préfecture et le président du conseil départemental de la convention d'appui à la lutte contre la pauvreté et d'accès à l'emploi.

La stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l'accès à l'emploi a été annoncée par le Président de la République le 13 septembre2018. La stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté s'inscrit dans l'action du gouvernement pour construire un État providence du XXIe siècle. Elle s'inscrit dans le prolongement des réformes de l'assurance chômage, de la retraite ou de la prise en compte du risque de la dépendance par exemple.

La France compte 9 millions de personnes pauvres, dont près de 3 millions sont dans une situation de privation matérielle grave.Parmi eux, les jeunes et les enfants sont particulièrement touchés, avec 3 millions d’enfants pauvres et le taux de pauvreté des jeunes a fortement augmenté ces dernières années.

Si notre système social parvient à contenir le développement de la pauvreté, il est insuffisant pour en prévenir les causes et permettre d’en sortir.

Ces constats font consensus. C’est pourquoi, au début de l’année 2018, d’importants débats et échanges ont donné lieu à des propositions à partir desquelles la stratégie pauvreté a été élaborée.

La stratégie pauvreté est axée autour de 5 engagements

Engagement 1 : L’égalité des chances dès les premiers pas pour rompre la reproduction de la pauvreté
Engagement 2 : Garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants
Engagement 3 : Un parcours de formation garanti pour tous les jeunes
Engagement 4 : Vers des droits sociaux plus accessibles, plus équitables et plus incitatifs à l’activité
Engagement 5 : Investir pour l’accompagnement de tous vers l’emploi.

La stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté repose sur une nouvelle approche de la relation entre l’État et les territoires. Loin d’un énième plan décliné en mesures portées par une administration, il s’agit de porter avec les acteurs territoriaux des objectifs dont les modalités de mise en oeuvre font l’objet d’une contractualisation, avec des moyens financiers et une évaluation de l’atteinte des résultats.

La mise en œuvre de cette stratégie en Ariège a été menée dans un esprit de dialogue au cours d’échanges riches et constructifs, avec le conseil départemental, échelon de proximité et chef de file de l'action sociale, avec lequel l’État s'engage pour renforcer les mesures visant à l'insertion des personnes concernées par la pauvreté, notamment par l'emploi, le logement. Pôle Emploi et la CAF, ont également été mobilisés pour élaborer le diagnostic et la convention signée le 26 juin 2019.

Ariège

Le diagnostic socio-économique

Le diagnostic socio-économique réalisé dans le cadre des travaux préparatoires de la convention met en exergue un nombre important de personnes en situation de précarité dans le département de l’Ariège :

La moitié des ariégeois possède un niveau de vie inférieur à 18 058 euros, contre 19 192 euros en Occitanie et 20 328 en France métropolitaine. De fait, le taux de pauvreté atteint 18.2% dans le département, soit le 5ème taux le plus élevé d’Occitanie. La part des ménages soumis à l’imposition des revenus est quant à elle la plus faible de la région après l’Aude.

Le taux de chômage en Ariège est de 11.5 % contre 10.7 en Occitanie et 8.8 % en France métropolitaine. Au 31 décembre 2018, 17351 demandeurs d’emploi, toutes catégories confondues, ont été recensés en Ariège.

L’Ariège abrite trois quartiers prioritaires de la politique de la ville, composés de 6700 d’habitants soit 4% de la population ariégeoise représentant 9% de la demande d’emploi départementale. Les habitants des 3 quartiers prioritaires de la politique de la ville sont sur-représentés dans la demande d’emploi.

31% des allocataires de la CAF de l’Ariège soit 7 907 personnes, sont des familles monoparentales.

L’engagement de l’État

L'ambition de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté est d'accompagner de façon plus efficace et coordonnée ces publics vers l'emploi ou l'activité.

L’État apportera un soutien financier supplémentaire au département à hauteur de 815 706 € pour financer des actions visant l’insertion des bénéficiaires du RSA, le développement du référent parcours pour les publics fragiles en situation de précarité (expérimenté depuis 2017 par le onseil départemental / Ariège département pilote), pour le développement du premier accueil social de proximité à moins de 30 minutes de transport, et pour l’accompagnement vers l'autonomie des jeunes sortants de l’ASE.

Des actions d’initiatives départementale seront également mises en œuvre dans le cadre de la convention, avec d'une part, le développement de nouvelles actions collectives de mobilisation pour des personnes éloignées de l’emploi et en situation d'isolement social et d’autre part, la mise en place d’un point d’accueil écoute jeunes départemental. Ce dernier projet donnera également lieu à une demande de financements au titre du plan d'investissement dans les compétences afin d’accompagner au mieux les jeunes vers l’emploi.

Comme toute politique publique, la convention sera évaluée annuellement en concertation avec le département. Des résultats concrets sont attendus pour chaque action menée et pour chaque euro engagé.

La convention d'appui à la lutte contre la pauvreté et d'accès à l'emploi

> Convention 26 juin2019 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,40 Mb

Pour en savoir plus

https://solidarites-sante.gouv.fr/affaires-sociales/lutte-contre-l-exclusion/lutte-pauvrete-gouv-fr/