Actualités

Réagir peut tout changer

 
 
Réagir peut tout changer

La préfète Chantal Mauchet a visité  l’unité d’accueil des victimes du CHIVA en présence de Laurent Dumaine, procureur de la République. Cette visite inaugure le lancement d’une série d’évènements, qui seront organisés en Ariège, dans le cadre de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre 2018 initiée par l’Organisation des Nations Unies.

> Programme 25 novembre 2018 en Ariège - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,12 Mb

Système prostitutionnel, comprendre pour agir le 26 novembre 2018

> Programme conférence26nov - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,07 Mb

> Discours de la préfète de l'Ariège - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,10 Mb

De nombreuses opérations se dérouleront jusqu’au mois de décembre dans le département, pour rappeler que ces violences sont inacceptables et pour sensibiliser les professionnels et le grand public à réagir. C’est le thème de la campagne nationale lancée par la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, qui nous y invite, en affirmant que réagir peut tout changer.

Contre les violences faites aux femmes

La réponse globale apportée par l’État avec l’ensemble des partenaires engagés dans cette lutte est définie au sein des plans interministériels de lutte contre les violences faites aux femmes.

La volonté du président de la République et du gouvernement d’organiser cette lutte selon les 3 priorités que sont l’éducation et le combat culturel en faveur de l’égalité, un meilleur accompagnement des victimes et un renforcement de l’arsenal répressif s’est traduite en 2018 par l’adoption, le 1er août dernier de la loi contre les violences sexistes et sexuelles qui visant à mieux prévenir les violences, mieux accompagner les victimes et réprimer de façon plus efficace toutes les formes de violences sexuelles et sexistes et spécialement celles dont les femmes et les enfants continuent d’être aujourd’hui trop fréquemment victimes.

Le renforcement du 5ème plan de mobilisation contre toutes les violences faites aux femmes (2017 – 2019) organisé autour de mesures fortes pour consolider la protection et l’accompagnement des victimes ainsi que la prévention de ces violences inacceptables s’est traduit en 2017 par:

- un renforcement des postes d’écoutantes du numéro d’écoute national 3919 destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels

- le lancement de la campagne de communication "Réagir peut tout changer", destinée à l’entourage des victimes et aux témoins de violences sexistes et sexuelles pour changer les comportements.

- la sanctuarisation de places d’hébergement en urgence
- l’identification de 10 dispositifs de prise en charge globale du psycho-traumatisme

L’accueil des victimes en Ariège

Créée en 2007, l’UAV, accueille des personnes victimes de toutes violences y compris les violences routières. La majorité des victimes sont cependantdes femmes victimes de violences conjugales.

L’unité, placée sous la responsabilité du CHIVA propose dans une unité de lieu et de temps, un plateau technique pluridisciplinaire qui regroupe les personnels du service hospitalier (médecins légistes, infirmières, secrétaire médicale) et des associations d’aide aux victimes du département (juristes et psychologues du CIDFF et de l’ASJOA) ainsi que la psychologue de l’ADSEA.

Ouverte tous les lundi matin et vendredi matin, elle propose aux victimes des consultations médicales, juridiques et psychologiques pour atténuer les conséquences de la violence et permettre aux victimes de restaurer leurs droits.

- Les victimes viennent sur leur propre initiative ou sur orientation de tous services (social, sécurité, santé..) ainsi que sur réquisition pour certaines.

- L’unité agit en relais avec la médecine de ville et les associations d’aide aux victimes sur l’ensemble du territoire vers lesquels elle renvoie les victimes pour le suivi sur la durée.

Depuis sa création, l’unité a accueilli plus de 4000 personnes mineures et des majeures.

La majorité (2/3) sont des femmes, plutôt jeunes. Les types de violences sont les violences conjugales et les violences intrafamiliales en majorité puis par ordre dégressif les violences routières, les violences au travail, les violences scolaires et enfin, les violences de voisinage. Les consultations les plus fréquentes se font vers les médecins et les juristes.

En 2017, 552 personnes ont été reçues au cours de 674 visites révélant une augmentation par rapport à 2016 et 2015.Parmi elles, 120 victimes de violences conjugales se sont adressées à l’UAV où elles ont pu bénéficier de consultations complètes auprès des médecins, des juristes et des psychologues.

Dans le même temps, en 2017, en Ariège, les services de la MDDFE-DDCSPP ont recensé 383 victimes de violences conjugales qui se sont adressées à différents services d’accueil* dont 120 à l’UAV.

* recensement effectué à partir de fiches dites « navette » adressées, après chaque accueil de victime, à la Mission des droits des femmes – DDCSPP service de gendarmerie, de police, hôpitaux, UAV, associations d’aide aux victimes (ASJOA, CIDFF, VFA) DSD-conseil départemental, CAF, SIAO, structures d’hébergement H Bellor, DSDEN, DDCSPP.

Réagir peut tout changer

Lancée à l’initiative de Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et la lutte contre les discriminations, la nouvelle campagne nationale Réagir pour tout changer vise à mobiliser l’ensemble de la population et particulièrement l’entourage et les potentiels témoins exposés à une scène de violence et/ou ayant eu connaissance de violences.

Les spots de la campagne illustrent la diversité des cas selon la forme de violence (sexistes ou sexuelles, verbales ou physiques) ou le lieu (sphère privée, sphères professionnelle et scolaire, ou encore espace public).

Des affiches reprenant le slogan sont diffusées sur l’ensemble du territoire national et départemental dans les services accueillant le public.

Réagir peut tout changer s’inscrit dans le cadre de la Grande cause du quinquennat dédiée à l’égalité entre les femmes et les hommes, décrétée par le président de la République le 25 novembre de l’année passée, affirmant que le premier pilier de cette cause est la lutte pour l’élimination complète des violences faites aux femmes.

En savoir plus sur https://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/-reagir-peut-tout-changer-.html

Afin de rendre lisible l’ensemble des actions menées, un espace web sur les grands chantiers en cours et à venir a été ouvert à l’adresse suivante : https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/grande-cause-du-quinquennat/