Volet agricole du plan de relance

Actions du volet agricole du plan de relance

 
 

Le volet agricole du plan de relance déployé entre 2020 et 2022 se fixe 3 objectifs :

- renforcer la souveraineté alimentaire ;

- accélérer la transition agroécologique pour donner accès à tous les Français à une alimentation saine, durable et locale ;

- adapter l’agriculture au changement climatique.

1) Renforcer la souveraineté alimentaire passe par les principales actions suivantes :

- le plan protéines végétales afin de diminuer fortement l’importation des protéines destinées à l’élevage ;

- le plan de modernisation des abattoirs et des élevages en renforçant leur compétitivité, en assurant le respect du bien-être animal tout en investissant dans la biosécurité pour réduire l’exposition aux crises sanitaires de demain.

2) Accélérer la transition agroécologique passe par les principales actions suivantes :

- la création d’un crédit d’impôt HVE pour amplifier la certification Haute Valeur Environnementale (HVE) ;

- un renforcement du fonds avenir bio ;

- une aide à la structuration des filières type appel à manifestation d'intérêt (AMI) du grand plan d’investissement avec en plus un volet investissement et un axe protéine ;

- un bon « bilan carbone » destiné aux jeunes agriculteurs pour faciliter leur installation ;

- une prime à la conversion des agroéquipements ;

- un programme « plantons des haies ! » qui soutiendra les agriculteurs souhaitant favoriser la biodiversité autour de leurs cultures et reconstituer les haies bocagères ;

- un plan de soutien aux cantines scolaires des petites communes afin de leur permettre de s’équiper et de former leur personnel pour proposer des repas issus d’un approvisionnement frais et local ;

- des projets alimentaires territoriaux (PAT) pour développer une alimentation locale, durable et saine en créant ces passerelles entre agriculteurs et consommateurs ;

- un soutien au développement des « jardins partagés » afin d’accélérer leur développement, la dynamique enclenchée depuis plusieurs années étant souvent confrontée à des investissements initiaux importants ;

- une opération « paniers fraîcheurs » qui soutiendra les acteurs (groupements d’achat ou de coopératives de consommateurs, de magasins de producteurs, d’associations…) engagés dans le développement de l’accès à des produits locaux des plus modestes et concitoyens isolés.

3) Adapter l’agriculture au changement climatique  par :

- une aide à l’investissement de protection face aux aléas climatiques.

Pour aller plus loin :

> Dossier de référence- volet "transition agricole, alimentation et forêt" - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,74 Mb