Généralités

Biodiversité

 
 
Marmotte

Le département de l'Ariège bénéficie d'une biodiversité remarquablement riche et variée. De la plaine à la haute montagne, ce département offre un climat et un sol variés, propices à la présence d'une faune et d'une flore diversifiée qu'elle soit dite « banale » ou remarquable. La carte de répartition des zone naturelles inventoriées par les scientifiques, appelées ZNIEFF, démontre cette richesse.

Pour autant cette biodiversité n'est jamais acquise : en constante évolution, elle est parfois menacée et toujours soumise à l'action de l'homme. Des mesures récentes ont été mises en œuvre pour préserver et même reconquérir cette richesse biologique de notre patrimoine commun.

Une zone «blanche » importante

Même la seule zone « blanche » importante, non couverte par une ZNIEFF, que constitue le nord de Pamiers, n'est pas pour autant sans intérêt écologique. Ce territoire, encore récemment prospecté par l'association des naturalistes de l'Ariège (ANA) a montré, par exemple, combien sont riches les milieux en herbe et les galages pour l'avifaune (oedicnème criard, busards, milans...) comme, autre exemple, par la présence de l'agrion de mercure, une libellule fort rare.

Risques de dégradation

Si pratiquement tout le département est intéressant, les risques de dégradations ne manquent malheureusement pas. Ils sont souvent dûs à l'action de l'homme. Le développement de l'urbanisme notamment de la basse Ariège, les grands axes routiers (RN 20 à 2X2 voies), les aménagements divers, entre autres choses, entraînent la disparition ou, plus souvent, la fragmentation des habitats. Par exemple, les nombreux obstacles présents sur nos rivières de l'axe Garonne-Ariège Hers Salat, compromettent la migration donc le cycle des saumons. Et c'est parfois l'inaction humaine, en lien avec l'évolution de la société, qui est en cause : citons la déprise agricole conduisant à l'enfrichement des milieux ouverts, atteignant alors les pelouses calcaires à orchidées.

Les mesures de protection

La prise en compte des espèces ou espaces menacés fait localement l'objet de réglementations spécifiques au travers des «arrêtés de protection de biotope» institués pour des milieux remarquables (ruisseaux à écrevisses à pattes blanches, grottes...) ou par un «classement en réserve naturelle» ( réserve naturelle volontaire d'Embeyre).

Plus récemment, la mise en place des sites Natura 2000 dans le département, constitue un outil primordial permettant un inventaire détaillé ainsi que la mise en oeuvre d'actions contractuelles spécifiques favorables aux habitats d'espèces répertoriées pour leur rareté. Ces zones couvrent aujourd'hui plus de 14 % du territoire de l'Ariège, réparties en 15 sites « directive Habitats » et 6 sites «directive Oiseaux ».

Ces outils concourent au maintien et à la restauration de la qualité de la biodiversité. Action au long terme, elle nécessite une prise de conscience de la richesse comme de la fragilité des milieux qui nous entourent : elle ne peut être gagnée que par l'implication de chacun d'entre nous. Car, aujourd'hui encore, de nombreuses espèces pyrénéennes demeurent menacées. Le retour de la loutre en Ariège, après sa quasi-disparition pendant plusieurs décennies, montre que l'espoir peut aujourd'hui être de mise.

Pour aller plus loin:

 Le site de la DREAL